Google Plus

Gentil lecteur, me connaissant un peu tu dois te douter que je n’ai pas pu résister à l’appel de Google pour (au moins) tester Google Plus: http://cedricbonhomme.org/+.

Ce billet est la suite de Le Web et moi (partie 1). Sauf que maintenant il s’agit du Web, moi et Google.

Pourquoi?

Je n’ai jamais utilisé FB. Je teste G+. Pourquoi? En partie pour ces raisons. Mais aussi car:

  • Marissa Mayer est sur G+ et y poste de très belles photos d’elle;
  • Google sait déjà plus qu’il ne le faudrait sur moi. Et G+ ne donne pas plus d’informations sur ma vie pour le moment;
  • j’ai bien compris le business model de Google. Je suis conscient des enjeux liés à la problématique de la vie privée (ce n’est pas vraiment le sujet du billet). Google ne vendra pas mon carnet de contacts ou la liste des sites que je fréquente. Sur ce point je doute de FB et Google est au moins clairs sur ces intentions;
  • je n’aime les connexions FB entre les sites internet. Les connexions de la sphère Google ne me dérangent pas;
  • parce que Linus et esr y postent encore plus que moi;
  • j’ai envie de profiter au maximum de ce que m’offre la vie, notamment des expériences comme hangout grâce à jingle XEP-0166/167 (qui est le futur d’après Google);
  • pour les raisons que je vais citer plus bas.

L’identité virtuelle

On voit qu’avec G+ tout est clairement orienté vers l’identité (les comptes avec pseudonymes devraient être supprimés). Je pense que FB a moins soigné cela. L’identité virtuelle c’est très à la mode. Pour le moment on a différentes possibilités:

  • la centralisation (plus.google.com/id, identi.ca/id, flickr.com/id, etc.). Voir l’ancien billet intitulé Le Web et moi (partie 1);
  • la décentralisation (POD diaspora personnel, OpenID, l’idée de Mozilla basée sur le mail, domaine personnel, etc.);
  • il y a aussi des solutions hybrides ouvertes. Le fait d’être sur un noeud Diaspora (par exemple joindiaspora.com).

On peut se demander, si on a un monde virtuel qu’est Internet, pourquoi faire la connexion entre nos véritables identités et les virtuelles? Le prétexte: la sécurité, la vérité: nous profiler.
Pour ma part je vais choisir le domaine personnel (à terme l’hébergement personnel). Les avantages sont très nombreux. L’inconvénéant est l’aspect social: on partage bien mieux avec G+ que son propre blog, l’audience est meilleur et le contact avec le lecteur est plus étroit. D’ailleurs ça m’embête parfois de voir plus de commentaires à mes billets sur Buzz que sur le blog officiel. Il faudrait pouvoir synchroniser les commentaires.
C’est pour cette raison que mon identité est http://cedricbonhomme.org et que je manifeste le lien avec G+ de cette manière: http://cedricbonhomme.org/+ Google ne représentera pas mon identité sur Internet.
J’attends donc l’API. Je pourrais alors écrire ici et faire du bruit sur G+ comme je le fais avec Buzz.

Les + de G+

Finalement, qu’est-ce que je trouve bien à ce n-ième réseau social (hormis le fait qu’il va défoncer fracturer FB) ? Sans étonnement (pour vous, mais pour moi avec) il s’agit des cercles. Au départ je m’étais dit “ben quoi, il s’agit de groupes FB en cercles? En gros pareil que sur Diaspora.” Mais ces cercles sont plutôt bien pensés.

D’abord il faut savoir qu’en fait un groupe de personnes avec qui on partage peut être:

  • vous même;
  • une ou des personnes, citées explicetement;
  • un ou des cercles de personnes;
  • un cercle étendu (cercle(s) + personnes).

C’est en fonction de ça que pour chaque informations de son profil (posts, introduction, employeur,lieu de naissance, sexe, etc.) on peut définir qui peut voir quoi. Les relations ne savent pas dans quel cercle elles se trouvent. Et il le vaut mieux pour moi.

Je trouve également que la manière de répondre en privé à un post public est bien pensée. Mais il faudrait peut être faire encore mieux en mettant directement une icône avec un texte: “Répondre avec une audience limité”.

Ce qu’il manque au niveau des cercles:

  • des cercles intelligents (tous les cercles sauf le cercle )
  • un cercle inclus strictement dans un cercle (cette fonctionnalité va arriver je crois).

Voici donc les cercles que j’utilise:

  • Familly: très peu de personnes;
  • Friends: attention je parle donc bien d’amis. Il ne s’agit pas de connaissances, copains d’école ou je ne sais quoi;
  • Friends 2: pour faire simple, les faux amis;
  • Python: oui même Guido s’y met;
  • Photos: il y a déjà beaucoup de personnes qui utilisent G+ pour mettre en valeur leur photos (très jolies);
  • Music: uniquement pour Mariah Carey;
  • Following: des gens postant souvent des choses intéressantes, mais ce sont des inconnues en quelques sortes;
  • Gros boulets: en plus j’ai rencontré ces personnes en vrai (heureusement pas toutes);
  • Blocked: des personnes déjà bloquées sur identi.ca (beaucoup) et sur Buzz;
  • je pense que je vais ajouter coworkers;
  • il me manque encore un cercle comme FLOSS ou Linux pour ces personnes par exemple.

Si vous êtes sur G+, en fonction de la quantité d’informations que vous verrez me concernant, vous pourrez vous situer entre Gros boulets et Famille. Je pourrais très bien ne pas suivre les Gros boulets, mais je veux savoir ce qu’on peut dire à mon propos.

Les – de G+

Évidemment la centralisation. Le fait que tout soit chez Google et qu’aujourd’hui on peut surfer des heures sans quitter la sphère de Google: Gmail, G+, Buzz, le moteur de recherche, Docs, Reader, etc. En contre partie on commence à bien gérer les informations que Google a sur nous avec Take Out. Il est aussi simple de supprimer (voir désactiver) l’historique Web.

J’ai lu sur le Web que le nom “Google Plus” sera un des facteurs d’échec. À ce qui parait ça ne fait pas bien de dire: “Je t’ai plussé”. Mais il est classe de dire, “Twitté” ou “Facebooké”. À méditer profondément.

Mon retour d’expérience sur ce réseau social sera pour un autre billet.

À plus!