Balloon prend de la hauteur

Depuis sa création quelques modifications apportés à Balloon le rendent déjà plus utilisable et moins bêta (il y a maintenant simplement un fichier de configuration à éditer). Une des améliorations majeures réside dans le fait que les push ne sont plus réalisés systématiquement après un commit. Balloon attend qu’une série de commits soit réalisée avant d’exécuter un push vers le serveur. Après quelques tests Balloon fonctionne plutôt bien (j’ai testé avec des fichiers textes et images de quelques méga-octets). Mais il y a encore du travail.

Lorsque le code sera un peu plus stable et mieux pensé, je n’aurai plus qu’à écrire la classe GitSync (à l’instar de HgSync) pour gérer les dépôts Git. En effet à terme Balloon pourra synchroniser plusieurs dossiers locaux (avec une racine différente) que ce soient des dossiers versionnés avec Git ou Mercurial.

Une des dernières étapes sera l’écriture d’un watcher pour Windows. Oui ce système dispose d’un noyau un peu primitif, ce n’est pas ma faute. inotify ne semble pas y être implémenté.
Pour le moment Balloon réagit aux événements: IN_CREATE, IN_DELETE, IN_MODIFY, IN_MOVED_FROM et IN_MOVED_TO. Pour la liste complète des événements voyez ce fichier: /usr/include/sys/inotify.h.

Le Wiki explique brièvement comment utiliser Balloon.