Le geek

Ce billet parce que ces derniers temps je constate une explosion de personnes se revendiquant être geek (ou l’utilisation de ce terme). Je me demande bien pourquoi. Je ne voudrai pas en être un.

Qu’est-ce qu’être un geek aujourd’hui? Autant pour le newbie, hacker, nerd ou cracker ça a toujours été clair. Pour le geek on ne sait jamais trop de quoi il s’agit. Il y a environ vingt ans le geek était une personne s’intéressant aux sciences (souvent à l’informatique) avec un niveau plutôt débutant. Son chemin était long mais prometteur. Le geek savait écrire de petits programmes, connaissait la séquence de boot d’un ordinateur, etc. Il était présent sur les forums de programmation pour poser des questions aux gentils hackers (le terme gentils est facultatif puisque le hacker n’est pas méchant). Il avait souvent la réputation d’avoir une activité sociale réduite (dans le genre nolife).

Les langages évoluent. Jusqu’à il y a quelques années il s’agissait d’un terme respectable. Geek n’est plus un terme respectable.

Aujourd’hui quand parle-t-on de geek? Lorsque l’on parle d’un consommateur. Le geek est devenu un simple consommateur de nouvelles technologies (des conneries non bidouillables en tout genre) dans notre société. Car c’est hype d’être en tête de file. Les média nous faisant croire qu’un geek est un ferru d’informatique et que donc il faut acheter la dernière tablette. Maintenant le geek ne programme plus, mais a un compte twitter et poste depuis son smartphone (pour ne pas dire iPhone). On peut aussi être un geek en suivant une série télévisée, par exemple “Doctor Who” ou “The IT Crowd” (avec un home cinéma on pourrait presque être un hacker). C’est aussi simple que ça. Son activité sociale est plutôt élevée (sur Facebook en fait).

Aujourd’hui le geek est donc plus proche de ces origines du XVIII siècle, l’idiot. J’aime aussi le terme alsacien Gickeleshut. Lorsque l’on cherche sur Internet “définition de Geek” on ne trouve que de mauvaises définitions, plus valables aujourd’hui (exemple: “Un geek est quelqu’un qui est vraiment passionné par l’informatique. Il passe la majorité de son temps devant son ordinateur…”). De nos jours une telle définition est complètement fausse.

Le terme de hacker a gardé ça noblesse. Un hacker est un producteur. Un hacker était aussi un geek, avant… Il est souvent présenté par les média comme un délinquant et n’est plus l’exemple de beaucoup de geeks. Mais heureusement il reste toujours des geeks passionnés pour suivre leurs traces.

H.S.: Lien cadeau, une belle vidéo qui a tourné en boucle aujourd’hui.

2 comments

  1. Je suis tout perturbifié et mes repères sont complétement bouleversés … mais au fond qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je? Et pourquoi se mettre dans des cases, se catégoriser, vouloir faire partie d’un clan? Et ceux qui font du pixel-art sur leur fenêtre de bureau, ce sont quoi?

    1. Moi aussi. Où allons nous? On ne sait pas. Mais en tout cas on y va droit! (petit clin d’oeuil là)

      Le pixelart, ça c’est de la création de bon geek 😉 Surtout le pixelart QRcode de mon voisin bon geek!
      Là je pense au street art, dont je pense à peu près la même chose.

      Après moi je ne suis pas particulièrement pour faire des cases. Mais il y en a. Certaines avec des frontières vagues, des cases emboîtés. etc.
      Bref, je ne suis pas un fan de clans. Mais je serai honoré d’être un membre de certains de ces clans.
      On peut vouloir faire partie d’un clan par fierté (surtout d’y être accepté), accomplissement, plaisir, passion, etc.

Comments are closed.