Categories
Car

J’ai conduit une Tesla

Vendredi dernier j’ai pu tester cette fameuse Tesla model S à Munsbach. Plusieurs versions y figuraient et j’ai eu la chance de pouvoir piloter conduire la version P85. La plus sportive.
Voici donc mon retour.

La voiture a une masse d’environ 2.000 kg. La batterie seule, d’environ 800 kg.

Deux moteurs chacun de la taille d’un gros ballon sont placés sur les essieux. Il y a donc de la place pour deux coffres, à l’avant et à l’arrière. Les coffres sont assez spacieux. Le coffre arrière peut être utilisé pour ajouter deux sièges supplémentaires. À ce moment nous avons ainsi une voiture de sport avec 7 places et avec un coffre à l’avant. L’intérieur offre aussi assez d’espace (les matériaux semblent être de bonne qualité). La personne du milieu sur la banquette arrière n’a même pas besoin d’écarter les jambes.
C’est à ce moment qu’on se demande si la voiture a bien un moteur et une batterie. Serait-elle propulsée par une force divine?

Parlons un peu performances. Puissance de 421 chevaux. De 0 à 100 km/h en 4,4 secondes. La boîte de vitesse est mono-vitesse. La voiture ne change donc pas de vitesse. La puissance est en continue. C’est vraiment impressionnant. Si vous connaissez l’attraction Blue Fire à Europa Park, et bien c’est encore mieux. Je ne pensais pas qu’une voiture pouvait avoir cette accélération. Il faut dire que je n’avais jamais roulé une voiture de plus de 200 chevaux.

L’autonomie annoncée est de 502km. L’autonomie réelle varie entre 450 et 500km. Pour une voiture de 2.000kg (sans compter les 5 personnes à bord) avec cette puissance c’est franchement épatant.

Concernant l’ordinateur de bord et cet énorme écran tactile, je n’ai pas grand chose à en dire. Certes, le système est impressionnant. Il est possible de contrôler beaucoup de choses (ouvertures des portes/coffres, dureté des suspensions, etc.). Tout ceci ne m’intéresse pas vraiment dans une voiture. Les personnes intéressées par les interfaces hommes-machines seraient certainement plus réceptives que moi. Pareil, je ne parlerai pas sécurité informatique. À ce niveau je préfère les voitures des années 1930.

Les poignées des portes sont cachées dans la carrosserie. Elles sortent lorsque vous vous approchez de la voiture. Ça peut faire un peu gadget, mais j’ai bien aimé. Avant de rentrer dans la voiture, on sait à quoi s’attendre.

Finalement ce fût une très bonne expérience. Je remercie le sympathique guide qui nous a tout expliqué et aussi bnj qui m’avait envoyé le lien pour m’inscrire à cet événement.
En bref, une superbe voiture. Tout comme celle-ci.

1 reply on “J’ai conduit une Tesla”

Comments are closed.